Avec SEXOTHERAPIE.COM réglez vous-même vos problèmes sexuels

AccueilEjaculation précoce - éjaculation précoce et masturbation

ÉJACULATION PRÉCOCE :

ÉJACULATION PRÉCOCE ET MASTURBATION

On lit quelquefois çà et là des articles qui prétendent que la masturbation...

serait seule responsable de l'éjaculation précoce...

Or, si l'on considère que 95 à 98% des garçons se masturbent, il n'y a "que" 70% des hommes qui souffrent d'éjaculation précoce.

En fait, la masturbation n'est qu'un épisode dans la découverte de la sexualité du garçon, tout comme elle l'est, de la même façon chez la fille.

LA MASTURBATION EST UTILE DANS LA "CONSTRUCTION" DE LA SEXUALITÉ DE L'ENFANT

Il est démontré, par ailleurs que les plus graves difficultés sexuelles se rencontrent chez ceux qui ne se sont jamais (ou qui n'ont jamais osé se masturber !).

L'inhibition de toute forme de sexualité est parfois la conséquence des craintes, de la honte ou même de la terreur (souvent religieuse) que certains garçons éprouveraient à l'idée de se masturber.

En revanche, c'est plutôt le fait de conditionner son corps à une éjaculation rapide (crainte d'être surpris, désir d'un soulagement immédiat, méconnaissance de son corps et de la sexualité, illusion de s'entraîner une quelconque "performance", etc.) qui est déterminant dans l'apparition de l'éjaculation précoce.

En effet, il est rare que les adolescents (et même les hommes !...) consacrent plus d'une dizaine de minutes à se masturber : on voit bien là que dans ce cas, le conditionnement de l'éjaculation rapide risque d'entraîner au moment des rapports sexuels, une éjaculation précoce.

L'IMPOSTURE

Les scientifiques, les sexologues, les psychologues savent que la masturbation est inoffensive.

Malheureusement, encore beaucoup trop de parents, de moralistes et autres "éducateurs" considèrent que la masturbation peut être préjudiciable pour la santé physique et la santé mentale !

On croit rêver !

Tout ceci est faux bien entendu.

il est d'ailleurs prouvé aujourd'hui que toutes les pseudo-études faites durant les décennies passées n'ont été que des manipulations et des impostures destinées à bêtifier encore davantage les populations, en leur faisant croire que la masturbation pouvait entraîner toutes sortes de maladies par l'épuisement de notre force vitale.

ET CELA CONTINUE !...

Chacun d'entre nous peut encore rencontrer aujourd'hui des gens qui ont été élevés dans ces croyances et qui contribuent à répandre de telles inepties ("la masturbation, ça rend sourd" est devenue aujourd'hui une plaisanterie qui n'en était pas une, voici quelques dizaines d'années.

Le plus grave reste que certains y croient et qu'ils élèvent les enfants dont ils ont la garde, dans ce tissu d'ignorances.

La masturbation est un plaisir que l'on se procure à soi-même ; en cela, il est certain que l'on rencontre quelquefois des personnes qui refusent de s'accorder TOUT plaisir, quel qu'il soit (simple moment de détente ou de répit, pâtisserie, humour, festivités, etc.)

Il est évident que des gens aussi austères ne peuvent voir que d'un mauvais œil tout plaisir... corporel !

INTÉRETS DE LA MASTURBATION

  • La masturbation soulage des tensions sexuelles.

En cela elle est une réponse au besoin des jeunes qui ne peuvent envisager réellement des rapports sexuels, compte tenu de leur âge.

  • Elle est aussi une réponse au besoin de leurs aînés qui n'ont pas (ou qui n'ont plus de partenaire).
  • La masturbation permet également à la personne de mieux se connaître et de pouvoir communiquer à l'autre les caresses qui lui procurent réellement du plaisir.
  • La masturbation peut également enrichir la vie hétérosexuelle lorsqu'elle est pratiquée devant l'autre partenaire (masturbation à deux).

LES FANTASMES

La masturbation ne cesse pas nécessairement parce que l'on a des rapports sexuels, ni parce que l'on vit avec une compagne.

Ce n'est pas parce que c'est devenu une mauvaise habitude, comme disent les moralistes mais simplement parce que les rapports sexuels entretiennent une multitude de rêveries qui s'achèvent souvent dans la satisfaction personnelle.

On dit aussi que certains se réfugieraient dans la masturbation de peur d'affronter les autres...

La crainte serait que ces personnes n'aient plus envie de se sortir de ces rapports qu'elles entretiennent avec elles-mêmes.

Il faut savoir qu'en dehors des cas pathologiques reconnus, ce risque de fixation est pratiquement nul.

LA REGULATION

Certains comparent les effets de la masturbation à la détente ou au sentiment d'apaisement et de bien-être apportés par une crise de larmes.

Souvent, la masturbation permet et facilite l'endormissement, tout comme le permettraient des rapports sexuels.

A ceux qui dispenseraient de prétendus conseils de modération, signalons que la récupération après le premier orgasme est d'environ un quart d'heure et qu'après les 3 ème et 4 ème ce temps se trouve porté à quelques heures.

De ce fait, même les plus excités sont vite rassasiés, tant au niveau des fantasmes que physiologiquement.

ET LA FATIGUE ?

"C'est bien la preuve que la masturbation fatigue" , diront certains...

Bien entendu, la masturbation qui est aussi une activité physique peut fatiguer, comme toute autre activité, si elle est pratiquée de longues heures durant...

Le sport, le cinéma ou même la musique à haute dose fatiguent aussi.

Rappelons qu'il n'y a pas d'accoutumance et que cet épouvantail est agité par ceux qui ont intérêt à le faire, au nom d'une prétendue morale ou dans un esprit d'abstinence religieuse.

Enfin, si l'on considère qu'il s'agit :

  • d'un plaisir peu onéreux
  • dont chacun peut disposer à loisir
  • qui ne fait pas  "fonctionner" la machine économique
  • et qui est utilisé, même par les plus grands de ce monde, on aura tout dit...

Quoi qu'il en soit, une éjaculation reste une éjaculation, alors pourquoi le rapport sexuel aurait-il des vertus que la masturbation n'aurait pas ?

Les deux pratiques sont différentes et libre à chacun de faire ou de ne pas faire, de pratiquer ou non, tout cela, en fonction des besoins et des circonstances du moment.

Revenir à la suite de votre article sur l'éjaculation précoce